Accueil » Activités » 5 octobre, 2016

De l’importance de cultiver amour et compassion

5 octobre 2016 – Suja, Himachal Pradesh

Le Gyalwang Karmapa est l’invité d’honneur de l’école de Suja, qui célèbre ce jour particulier qu’on appelle ‘Tibet, mon pays’. Cet événement, qui remonte aux années 1990, est très important pour les écoles du TCV (Tibetan Children’s Village = Village des enfants tibétains) ; c’est l’occasion de rendre hommage à la culture du Tibet, une culture riche et unique, et d’encourager sa préservation grâce à une série de manifestations et d’activités variées. Les élèves interprètent des danses et de la musique traditionnelles ; ils présentent également leurs poèmes sur le thème de l’amour et de la compassion, qui est le sujet du jour.

Depuis le centre de l’estrade, Sa Sainteté s’adresse à l’assemblée réunie pour l’occasion ; il rappelle qu’il est venu à l’école de Suja de nombreuses fois et qu’il a un lien profond avec l’école. Le Karmapa en vient au sujet du jour ; il note que, selon les scientifiques, la compassion est une qualité que tous les êtres possèdent dès leur naissance, mais il faut lui permettre de se manifester. Si nous n’utilisons pas ce don, si nous ne le développons pas, son pouvoir se détériore.

Le Karmapa établit une analogie avec le développement du langage. Nous naissons tous avec le potentiel de la parole, mais si un jeune enfant grandit dans une région reculée, privé de tout contact humain, son aptitude au langage ne sera pas activée et l’enfant ne pourra pas communiquer par la parole. De même, si nous ne cultivons pas les qualités innées que sont l’amour et la compassion dans un environnement qui leur convient, elles ne vont pas se développer. Le Karmapa conseille aux parents de se montrer eux-mêmes affectueux et, en outre, de prononcer souvent les mots ‘compassion’ et ‘amour’ en présence des enfants car ce sont des rappels très bénéfiques.

Concernant la société tibétaine, le Karmapa précise ceci : « Nous sommes vigilants quant à la compassion et à l’amour. Les parents et les grands-parents récitent des prières qui incluent tous les êtres vivants, aussi nombreux que vaste est l’espace, et font des souhaits pour qu’ils connaissent le bonheur et soient libres de souffrance. » De même, ils récitent le mantra de 6 syllabes d’Avalokiteshvara, qui représente la compassion. « En bref, dit-il, nous sommes un peuple tourné vers la compassion et l’amour ; l’environnement social de la société tibétaine fournit les conditions favorables à leur développement. »

Mais il fait remarquer que, parfois, nous parlons beaucoup d’amour et de compassion, mais ce n’est qu’une habitude, une coutume qu’on transmet de génération en génération sans y prêter vraiment attention. Il se peut que nous  récitions très souvent le mantra, mais sans que notre pratique ait acquis force et stabilité. Pourquoi ? Si notre pratique se résume à suivre une coutume, une vue philosophique ou une habitude bien ancrée, elle ne nous sera pas vraiment bénéfique dans la vie quotidienne.

2016.10.05-suja

En nous tournant vers l’intérieur de nous-même, nous pouvons chercher dans le mental un sentiment ou une expérience de compassion et d’amour. Si nous constatons que ces sentiments grandissent, alors c’est que notre pratique est efficace et il nous sera possible de les développer si nous en avons l’aspiration ; ainsi grâce à l’amour et à la compassion, nous pouvons être bénéfiques à la fois aux autres et à nous-même. Le Karmapa nous conseille de renforcer notre méditation et de continuer la pratique tout au long de notre vie.

De nos jours, amour et compassion sont en déclin ; il est donc temps de nous sentir concernés et de prendre nos responsabilités pour faire tout notre possible et apporter notre contribution. L’époque où nous vivons connaît de grands changements et nous ne pouvons pas nous satisfaire de rester sur la touche en attendant que les choses se passent. Nous devons nous impliquer tout en gardant l’esprit clair et concentré, après avoir bien réfléchi.

Le Karmapa conclut son intervention en faisant l’éloge du principal, du personnel et des professeurs de l’école de Suja. Il les félicite car ils assument leurs responsabilités et travaillent bien ensemble, et il les encourage à continuer en ce sens : « En collaborant, nous nous aidons les uns les autres ; nous mettons notre énergie en commun au service de toute la société. » C’est sur cette note positive que le Karmapa termine son intervention.

Enseignements :

La Compassion et la Véritable nature de l'Esprit

Le Guide de l'Environnement du Karmapa

Les 108 choses à faire pour l'environnement

Les déplacements du 17ème Gyalwang Karmapa

Le retour de Karmapa aux U.S.A.

Le retour de Karmapa aux U.S.A.

Le 19 mai 2008, dans la salle du Hammerstein Ballroom de New-york, le public était serré et enthousiaste : Tibétains, Chinois et Occidentaux, la plupart étaient disciples du précédent Karmapa. Le silence se fit plein de promesses, lorsque Dzogchèn Ponlop Rinpoché présenta le tant-attendu Karmapa Ogyen Trinley Dorjé…

Présentation du Karmapa aux Etats-Unis par Dzogchèn Ponlop Rinpoché, Principal organisateur de la venue du Karmapa aux Etats-Unis en 2008

Présentation du Karmapa aux Etats-Unis par Dzogchèn Ponlop Rinpoché, Principal organisateur de la venue du Karmapa aux Etats-Unis en 2008

La première visite de Sa Sainteté le 17ème Gyalwang Karmapa, Ogyèn Trinley Dorjé, aux Etats-Unis est un événement historique et une occasion à la fois joyeuse et mémorable pour ses nombreux étudiants et amis dans le monde occidental. Sa Sainteté, qui est à la tête de l’école Kagyu du bouddhisme tibétain, est largement reconnue comme étant un des plus grands Maîtres spirituels de notre temps…

La vie en Inde

La vie en Inde

L’arrivée du Karmapa à Dharamsala bénéficia d’une couverture médiatique extraordinaire dans la presse internationale : The Associated Press, Agence-France Press, The BBC, CNN, NBC, ABC, CBS, The Economist, Newsweek, Time, The New York Times, The Times of India, the Hindustan Times, et la plupart des autres médias du monde entier.