Accueil » Activités » 20 novembre, 2016

Connexions entre les lignées Karmapa et Khyèntsé : le Gyalwang Karmapa remet les diplômes de Khènpo à l’Institut Dzongsar Khyèntsé Cheukyi Lodreu

 

20 novembre 2016 – Chauntra, HP – Inde

En ce jour auspicieux qui marque la descente du Bouddha du royaume de Tushita – qui est l’un des quatre jours de fête bouddhistes – le Gyalwang Karmapa s’est rendu dans la matinée à l’Institut Dzongsar Khyèntsé Cheukyi Lodreu pour remettre leur diplôme à quatre nouveaux khènpos (professeurs et futurs abbés). Habituellement, c’est le chef de la lignée qui accomplit cette cérémonie ; cependant, pour marquer la relation proche qui existe entre le Karmapa et la lignée Khyèntsé, Dzongsar Khyèntsé Rinpoché a gentiment invité le Karmapa à tenir ce rôle.

Pour cette occasion spéciale, la large allée qui conduit du portail principal de l’Institut jusqu’au temple est décorée des huit symboles auspicieux traditionnels, faits à partir de pierres concassées de couleurs brillantes, et d’une double rangée d’œillets de chaque côté. Le Karmapa descend cette allée sous un parasol doré et entre dans le temple spacieux, qui est rempli de moines et de laïques venus du monde entier. Sont également présents des étudiants des écoles voisines de Suja et de Sambhota TCV.

Une fois le Karmapa assis sur un élégant trône placé devant un grand bouddha radieux, Dzongsar Khyèntsé Rinpoché accomplit la traditionnelle offrande de mandala avec les représentations du corps, de la parole et de l’esprit, puis l’offrande d’une longue écharpe dorée. Le riz et le thé sont offerts à tous pendant que les moines récitent la pratique des Seize Arhats, chargés de la préservation des enseignements. Après une deuxième offrande de mandala et l’éloge traditionnel du Karmapa, Gyaltsèn Dargyé souhaite la bienvenue au Karmapa et fait une présentation des relations, qu’il qualifie de proches et importantes, qui existent entre le Karmapa et la lignée d’incarnation Khyèntsé.

Sa Sainteté commence par remercier Khyabjé Dzongsar Khyèntsé Rinpoché de l’avoir invité et rappelle ceci : « Quand j’étais encore au Tibet, de toutes les œuvres collectées que je lisais, celle que je regardais le plus était celle du premier Khyèntsé, Jamyang Khyèntsé Wangpo (Péma Eussel Dongak Lingpa). Je l’ai lue d’un bout à l’autre et j’y revenais fréquemment. » Khyèntsé Wangpo était véritablement rimé (non-sectaire), précise le Karmapa. « De nos jours, se dire rimé est bien vu, mais c’est souvent purement décoratif, juste pour se mettre en valeur. Être un véritable maître de ces enseignements ne s’avère pas du tout facile. Beaucoup de gens sont réputés experts mais, si vous cherchez dans l’histoire un maître de ces enseignements, vous verrez que Jamyang Khyèntsé Wangpo en était un authentique. »

 

2016.11.20

Le Karmapa déclare que « les enseignements rimé sont importants pour cultiver une perspective pure et vaste », et il parle chaleureusement de la relation entre Jamgœn Kongtrul Lodreu Thayé et Jamyang Khyèntsé Wangpo : « Dans les prédictions du Ve Karmapa Deshin Shekpa (1384-1415), la venue des Khyèntsé et des Kongtrul était annoncée, et Deshin Shekpa a aussi fait la prophétie que quiconque établirait une connexion avec eux en serait profondément marqué. »

Le Karmapa fait aussi ce commentaire : « C’est Khyèntsé Wangpo qui, pour l’essentiel, fit la requête des Cinq Grands Trésors de Jamgœn Kongtrul Lodreu Thayé,  et il lui apporta également ses encouragements et son soutien ; Khyèntsé Wangpo mérite donc beaucoup de reconnaissance, ce qui est clair quand on lit la vie de Jamgœn Kongtrul Lodreu Thayé. »

Sa Sainteté continue d’évoquer ces relations : « Le Karmapa et Jamgœn Kongtrul Lodreu Thayé avaient une connexion si proche – un samaya du dharma – que c’était presque comme s’ils n’étaient qu’une seule personne avec un seul cœur. On peut dire la même chose de la connexion qui existe entre le Karmapa et Jamyang Khyèntsé Wangpo : ils étaient comme un seul être en qui bat le même coeur. »

Sa Sainteté fait l’éloge de la manière dont l’actuel Khyèntsé Rinpoché prodigue des conseils, que le Karmapa décrit comme « sans ambigüité, directe, pénétrante, pratique et qui touche le cœur ». Le Karmapa ajoute : « J’ai une vraie dévotion et une vison pure envers cette lignée. Je suis très heureux d’avoir rencontré Khyabjé Dzongsar Khyèntsé Rinpoché ici à son siège, avec tous les khènpos et les disciples, et de faire partie avec vous tous du même mandala. »

Sa Sainteté poursuit en expliquant que les Karmapas ont aussi une relation proche avec la lignée Sakya. Le VIe Karmapa, Thongwa Donden (1416 – 1453), reçut des enseignements sur les soutras du grand maître Sakya Kunkhyèn Rangton Chènpo qui, à son tour, déclara à propos du Karmapa : « J’ai un étudiant qui est une émanation du Bouddha. » Karma Trinleypa Chènpo, qui détenait à la fois les lignées Sakya et Kagyu, était un étudiant du VIIe Karmapa et un enseignant du VIIIe. Il est donc clair que la lignée des commentaires des Karma Kamtsang a des racines dans la tradition Sakya.

Le Karmapa fait remarquer que, de nos jours, nous bénéficions de beaucoup de conditions positives – extérieures et intérieures -, et que les négatives sont peu nombreuses et rares. Si nous sommes capables de mobiliser nos aptitudes et d’en tirer parti , alors tout ce dont nous avons besoin est là. S’engager dans des études et les mener à bien au plus haut niveau est très important.

Abordant la façon d’étudier, le Karmapa insiste : « Il est important de maintenir nos traditions tibétaines. Cependant, comme nous vivons au XXIe siècle, les Tibétains ne devraient pas seulement suivre leur propre tradition mais aussi regarder comment les choses se passent à l’heure actuelle. En particulier, nous devons être attentif à la façon dont l’éducation est transmise et inclure l’histoire dans les programmes. « Par exemple, nous allons peut-être étudier L’entrée sur la voie du milieu de Chandrakirti pendant un an, mais si on nous demande qui a traduit ce texte racine en tibétain, nous ne savons pas répondre car nous n’avons pas étudié le contexte historique. Ceci doit changer. »

« Si nous avons connaissance des générations successives remontant jusqu’à un passé lointain, alors quand nous étudions un texte, nous le faisons dans une autre perspective et avec un autre sentiment. D’un autre côté, si nous ne sommes pas conscient de l’histoire et nous plongeons directement dans le texte, nous ne saurons rien des érudits qui l’ont écrit, ni quand ni où ils ont vécu. Nous connaîtrons juste leur nom, mais nous ne saurons rien des liens qu’ils avaient avec d’autres maîtres ni de leurs conditions de vie. Sans cette connaissance, notre compréhension d’un texte est incomplète. Au Tibet, la façon d’étudier les traditions était remarquable ; cependant, il nous faut apprendre et nous intéresser aux méthodes contemporaines de faire de la recherche et d’étudier. »

Le Karmapa remarque que l’Institut Dzongsar poursuit la tradition rimé des incarnations Khyèntsé ; il ne suit pas une lignée particulière, mais accueille des étudiants de toutes les traditions, ce qui lui confère une influence très large.

En conclusion, le Karmapa souligne qu’il s’estime très fortuné d’être venu en ce lieu  et remercie tout le monde, en particulier Khyabjé Dzongsar Khyèntsé Rinpoché, et il fait le souhait que ses activités fleurissent et se diffusent largement. Quant aux  étudiants du collège monastique, le Karmapa prie pour que leur esprit expérimente l’harmonie, que leur discipline soit pure et que tout leur temps soit consacré à l’étude et à la pratique du dharma.

 

Voici quelques-uns des points clés tirés de la présentation de Gyaltsèn Dargyé sur les connexions qui existent entre la lignée du Karmapa et la lignée Khyèntsé.

« Le Ier Khyèntsé Rinpoché, Jamyang Kyèntsé (Péma Eussel Dongak Lingpa, 1830-1893) vécut durant la période qui couvre les dernières années du XIVe Karmapa, Thekchok Dorjé (1797-1868) et les premières années du XVe Karmapa, Khakhyab Dorjé (1871-1922). C’est à cette époque que débuta la connexion entre les deux lignées, connexion du dharma et des engagements sacrés. »

Khyèntsé Wangpo reçut de nombreuses initiations et transmissions scripturaires  du XIVe Karmapa ; il rencontra également dans ses rêves le IIIe Karmapa, Rangjoung Dorjé, et le siddha Orgyènpa. Khyèntsé Wangpo se rendit au siège du Karmapa, à Tsourpou ; c’est là qu’il reçut du Karmapa beaucoup d’enseignements profonds et qu’il l’investit comme l’un des principaux gardiens de ses termas.

À la naissance du XVe Karmapa, Khyèntsé Wangpo avait 52 ans. Quand le Karmapa eut 14 ans, Khyèntsé Wangpo l’invita à son monastère et lui donna des initiations. Jamgœn Kongtrul conseilla au Karmapa de recevoir la Collection de tous les tantras de Jamyang Khyèntsé. Donc, à l’âge de 16 ans, le Karmapa se rendit au monastère de Dzongsar où il fut reçu avec grand honneur également par Sakya Trizin ; c’est là que le Karmapa reçut toutes les initiations et transmissions scripturaires. À cette époque, Khyèntsé Wangpo dit au Karmapa que, puisqu’il était le connaisseur des trois temps, il devrait écrire l’histoire de ses incarnations précédentes, ce que fit le Karmapa en l’espace d’une nuit, le temps qu’il faut à une lampe à beurre pour se consumer. Plus tard, le XVIe Karmapa devait créer des danses sacrées basées sur cette histoire.

 

Khyèntsé Wangpo mourut en 1892, et parmi ses cinq émanations, l’émanation de l’activité fut Jamyang Khyèntsé Cheuky Lodreu qui naquit en 1893. Sa vie correspondit avec les dernières années du XVe Karmapa et les premières années du XVIe Karmapa. Sur le plan des apparences ordinaires, il est dit que le XVe Karmapa ne rencontra pas Jamyang Khyèntsé Cheuky Lodreu ; cependant, ce dernier établit une connexion avec le Karmapa grâce à une vision pure.

Khakhyab Dorjé décéda en 1922, et le XVIe Karmapa, Rangjoung Rigpé Dorjé, naquit en 1924. Jamyang Khyèntsé Cheuky Lodreu et le XVIe Karmapa se rencontrèrent de nombreuses fois, à la fois au Tibet et à l’extérieur du Tibet, et ils échangèrent des initiations. On dit que leurs esprits étaient mêlés comme s’ils n’étaient qu’un. Le IIe Khyèntsé décéda en 1959 et reprit naissance au Bhoutan en 1961 comme Jamyang Thubtèn Cheuky Gyatso. Le XVIe Karmapa l’accueillit à Rumtek, son siège en exil, et lui donna une initiation de longue vie et des bénédictions. Le IIIe Khyèntsé reçut aussi toutes les initiations du Kagyu Ngakdzo du XVIe Karmapa au Népal . Quand Rigpé Dorjé décéda, Jamyang Thubtèn Cheuky Gyatso suivit son Kudung jusqu’à Rumtek.

« Il ne fait en général aucun doute qu’entre les incarnations successives du Gyalwang Karmapa et les incarnations de Jé Khyèntsé, il existe de nombreuses connexions tant extérieures qu’intérieures et secrètes, et ces connexions sont à la fois ordinaires pour des regards mondains, mais aussi extraordinaires. »

 

Après avoir remis les diplômes aux quatre nouveaux khènpos, le Karmapa prend le repas de midi à l’Institut, puis repart avec Dzongsar Khyèntsé Rinpoché pour la colonie tibétaine de Bir.

 

Enseignements :

La Compassion et la Véritable nature de l'Esprit

Le Guide de l'Environnement du Karmapa

Les 108 choses à faire pour l'environnement

Les déplacements du 17ème Gyalwang Karmapa

Le retour de Karmapa aux U.S.A.

Le retour de Karmapa aux U.S.A.

Le 19 mai 2008, dans la salle du Hammerstein Ballroom de New-york, le public était serré et enthousiaste : Tibétains, Chinois et Occidentaux, la plupart étaient disciples du précédent Karmapa. Le silence se fit plein de promesses, lorsque Dzogchèn Ponlop Rinpoché présenta le tant-attendu Karmapa Ogyen Trinley Dorjé…

Présentation du Karmapa aux Etats-Unis par Dzogchèn Ponlop Rinpoché, Principal organisateur de la venue du Karmapa aux Etats-Unis en 2008

Présentation du Karmapa aux Etats-Unis par Dzogchèn Ponlop Rinpoché, Principal organisateur de la venue du Karmapa aux Etats-Unis en 2008

La première visite de Sa Sainteté le 17ème Gyalwang Karmapa, Ogyèn Trinley Dorjé, aux Etats-Unis est un événement historique et une occasion à la fois joyeuse et mémorable pour ses nombreux étudiants et amis dans le monde occidental. Sa Sainteté, qui est à la tête de l’école Kagyu du bouddhisme tibétain, est largement reconnue comme étant un des plus grands Maîtres spirituels de notre temps…

La vie en Inde

La vie en Inde

L’arrivée du Karmapa à Dharamsala bénéficia d’une couverture médiatique extraordinaire dans la presse internationale : The Associated Press, Agence-France Press, The BBC, CNN, NBC, ABC, CBS, The Economist, Newsweek, Time, The New York Times, The Times of India, the Hindustan Times, et la plupart des autres médias du monde entier.