Accueil » Activités » 10 février, 2017

Le Flambeau de la certitude (3ème session)

 10 février 2017 – Pavillon du Meunlam, Bodhgaya

Le Gyalwang Karmapa reprend son enseignement là où il s’était arrêté à la 2e session, et lit la section sur les mots du Mukhagama de Manjoushri, qui se trouvent dans le Flambeau du Sens véritable ; puis il se penche sur l’idée de gourou racine, basée sur ce texte profond. Le Mukhagama dit :

Tout être sensible qui rabaisse

Un porteur du vajra du futur,

Me rabaisse, donc 

je les abandonne tous pour un temps.

Le texte poursuit :

Je demeure dans ce corps et reçois

Les offrandes d’autres pratiquants,

Ceux qui le satisfont purifieront

Les voiles karmiques dans leur être.

 

Dans le Flambeau du Sens véritable, Jamgœn Kongtrul développe d’avantage l’idée en disant que même si ce n’est pas d’un gourou célèbre tel qu’un détenteur de lignée que vous entendez le dharma, si vous prenez comme gourou racine un autre gourou qui a la même expérience et réalisation, vous recevrez les bénédictions.

Le gourou racine est décrit comme : « tous les individus qui travaillent au bien des êtres, le soleil et la lune, les plantes médicinales, même les bateaux et les ponts. » Commettre la faute racine de manquer de respect au gourou renvoie à tous les gourous avec lesquels vous avez une connexion du dharma, pas seulement au gourou racine.

 

Sa Sainteté continue la lecture du texte. D’innombrables soutras disent que recevoir le siddhi suprême n’est possible que si nous méditons sur le gourou. De toutes les pratiques, elle est sans égal parce que la bodhicitta est l’essence de la sagesse du Bouddha. Le texte continue avec une section sur comment le fait d’examiner les défauts des autres est auto-destructeur par nature. Le 1er Jamgœn Kongtrul nous avertit de ne pas examiner les défauts des autres, en particulier quiconque a commencé la pratique du dharma, mais il faut nous réjouir et penser positivement. De plus, nous ne savons pas qui pratique peut-être le yoga intérieurement et on dit que, à part le parfait Bouddha, aucun individu ne peut vraiment en évaluer un autre. Puisque examiner les défauts des autres balaie nos qualités, nous devrions seulement examiner les nôtres.

 

La conclusion de la section du texte d’aujourd’hui est que l’intensité des bénédictions correspond à la vue que nous avons à propos du gourou, et le niveau de la dévotion égale le niveau de la pratique. La clé pour recevoir rapidement les bénédictions est de méditer sur le gourou comme étant le Bouddha. Le texte dit : « Si vous pratiquez le mahamoudra, vous devez penser au gourou comme étant le pur dharmakaya. Si vous voulez rallonger votre vie, pensez à lui comme étant Amitayus ou Tara blanche. Si vous voulez guérir une maladie, pensez à lui comme étant le Bouddha médecin. Vous devez le voir comme inséparable des principales divinités de n’importe quel mandala des tantras. C’est ce que veut dire ‘le Gardien du mandala’. »

Le Gyalwang Karmapa explique alors la phase où l’on reçoit l’initiation du gourou qu’on imagine au-dessus de notre tête. Il précise que si nous commettons des transgressions du véhicule du mantra secret, entrer dans le mandala de la divinité est important pour réparer ces manquements. Mêler les esprits signifie effectivement entrer dans le mandala et recevoir les auto-initiations.

2017.02.11a

Revenant au Gourou Yoga en quatre sessions, Sa Sainteté explique certains aspects fondamentaux de la pratique. On l’appelle ‘en quatre sessions’ car on est sensé la pratiquer quatre fois par jour. Comme il nous est parfois difficile de faire quatre sessions, nous devons avoir pour objectif de la réciter au moins une fois par jour. La raison pour faire quatre sessions est que c’est un outil puissant pour purifier les manquements racines. Si un manquement racine va au-delà de la durée d’une session – entre le moment où nous le commettons et le moment où nous le réparons – alors il est difficile de le récupérer. S’il ne va pas au-delà de cette durée et que nous le restaurons dans ce laps de temps, il n’est pas considéré comme un manquement

racine.

 

Pour revenir aux enseignements sur le gourou yoga dans le texte de Jamgœn Kongtrul, le Karmapa dit que nous ne devons pas voir le gourou comme un seul individu, mais comme l’union de tous les bouddhas et bodhisattvas, les divinités des mandalas et l’union de tous les joyaux. Nous devrions le voir comme inséparable en essence du fondateur du bouddhisme, le Bouddha Shakyamouni, et de Gampopa, le fondateur de l’école Dakpo Kagyu car le Seigneur Bouddha lui-même a prophétisé que Gampopa poursuivrait l’enseignement du Bouddha. Comme Vajradhara est l’enseignant des mantras, il est important que le gourou soit vu comme inséparable de lui également.

Finalement, vous devez imaginer votre gourou racine comme inséparable de l’une des incarnations du Karmapa, celle avec laquelle vous ressentez la plus grande connexion.

 

« La question est : qui est votre gourou racine ? » ; il poursuit en disant que, en tant que pratiquants, nous allons avoir de nombreux gourous. Parmi les nombreux lamas qui nous guident, le gourou racine est celui qui nous a témoigné la plus grande bonté.

Pour voir qui est notre gourou racine, le Karmapa affirme que fondamentalement nous n’avons pas besoin de regarder à l’extérieur de nous-même. Il nous faut plutôt examiner quelle expérience ou quel sentiment s’élève dans notre esprit. Notre tendance est cependant  à examiner les qualités extérieures d’un lama ; nous regardons sa célébrité, la taille de son monastère, son éducation, son allure mais nous négligeons de porter attention à son niveau de réalisation.

Sa Sainteté compare ce type d’attitude au fait d’acheter quelque chose en se basant sur son apparence. « Soyez votre propre magasin, » conseille-t-il et, pour continuer la métaphore, il nous invite à examiner la richesse de notre foi car c’est la monnaie utilisée pour trouver le gourou. Ce n’est pas très difficile de trouver un gourou si nous avons foi, dévotion et perception pure, suggère-t-il, car les bouddhas et les bodhisattvas sont là pour nous aider jour et nuit ; encore faut-il leur laisser une chance et leur ouvrir la porte avec la clé de notre foi et de notre dévotion.

Cependant, à ceux qui pensent encore qu’ils sont incapables de trouver leur gourou racine, de grands maîtres ont dit que, si une personne a reçu la tradition de Gampopa, elle peut le considérer comme son gourou racine. Même si nous examinons nos sentiments, il nous faut aussi utiliser notre intelligence et notre discernement. Quand nous examinons le lama, Sa Sainteté nous rappelle de ne pas faire erreur sur notre motivation. Nous ne devons pas rechercher seulement les aspects négatifs, mais essayer de trouver les bonnes qualités.

Et il conclut la session du matin sur ces paroles.

Enseignements :

La Compassion et la Véritable nature de l'Esprit

Le Guide de l'Environnement du Karmapa

Les 108 choses à faire pour l'environnement

Les déplacements du 17ème Gyalwang Karmapa

Le retour de Karmapa aux U.S.A.

Le retour de Karmapa aux U.S.A.

Le 19 mai 2008, dans la salle du Hammerstein Ballroom de New-york, le public était serré et enthousiaste : Tibétains, Chinois et Occidentaux, la plupart étaient disciples du précédent Karmapa. Le silence se fit plein de promesses, lorsque Dzogchèn Ponlop Rinpoché présenta le tant-attendu Karmapa Ogyen Trinley Dorjé…

Présentation du Karmapa aux Etats-Unis par Dzogchèn Ponlop Rinpoché, Principal organisateur de la venue du Karmapa aux Etats-Unis en 2008

Présentation du Karmapa aux Etats-Unis par Dzogchèn Ponlop Rinpoché, Principal organisateur de la venue du Karmapa aux Etats-Unis en 2008

La première visite de Sa Sainteté le 17ème Gyalwang Karmapa, Ogyèn Trinley Dorjé, aux Etats-Unis est un événement historique et une occasion à la fois joyeuse et mémorable pour ses nombreux étudiants et amis dans le monde occidental. Sa Sainteté, qui est à la tête de l’école Kagyu du bouddhisme tibétain, est largement reconnue comme étant un des plus grands Maîtres spirituels de notre temps…

La vie en Inde

La vie en Inde

L’arrivée du Karmapa à Dharamsala bénéficia d’une couverture médiatique extraordinaire dans la presse internationale : The Associated Press, Agence-France Press, The BBC, CNN, NBC, ABC, CBS, The Economist, Newsweek, Time, The New York Times, The Times of India, the Hindustan Times, et la plupart des autres médias du monde entier.