Accueil » Activités » 4 février, 2018

Le Gyalwang Karmapa confère l’initiation de Tara verte

4 février 2018 – Auditorium Colden, Queens College, Flushing, New York

C’est à l’auditorium Colden que le Karmapa confère à plus de 2000 personnes, pour la première fois, une initiation de Tara dans une cérémonie qui y est uniquement consacrée – et non dans le cadre d’une série d’initiations. Il commence par donner quelques précisions sur l’initiation elle-même.

De nombreux remerciements sont adressés à Sa Sainteté pour cette journée d’enseignements et d’initiation, ainsi qu’à la fondation Danang qui a organisé l’événement et en particulier à Tséwang Rimpoché qui guide la fondation. C’est sur cette note positive que se termine cette journée particulière.

« Cet après-midi, je vais donner une initiation de Tara verte. Parmi toutes les sadhanas et initiations de Tara, celle-ci vient du cycle d’initiations du 9e Karmapa, Wangchouk Dorjé, appelé « la connaissance d’un libère tout ». Parmi les initiations de Tara qui en font partie, celle d’aujourd’hui s’appelle l’initiation de Tara aux cinq divinités de Yidam. Elle appartient au groupe des cinq pratiques de divinités de Yidam de Dusoum Khyènpa, qui, outre Tara, comprend les pratiques de Hévajra, Hayagriva, Chakrasamvara et Vajra Varahi. »

Le Karmapa poursuit : « Cette initiation de Tara verte appartient au Mantra secret, qui est divisé en sections graduelles : le Kriya Tantra ou Tantra de l’action, le Upa Tantra ou Tantra de la performance, le Yoga Tantra et l’Annutarayoga Tantra ou Yoga Tantra supérieur. L’initiation d’aujourd’hui appartient aux écoles tantriques inférieures, ce qui n’exige pas de prendre les engagements du Mantra secret tels qu’ils sont décrits dans les textes majeurs. Le point essentiel ici est le vœu de bodhisattva. »

57119699

« Quand on pratique le Mantra secret, on se transforme en divinité, principalement afin de contrecarrer notre façon de voir habituelle. Dans le cas présent, la méthode  consiste à laisser la divinité apparaître tout d’un coup, dans sa totalité. Et on ne se concentre pas seulement sur la forme de la divinité, mais on se rappelle aussi clairement sa nature. L’esprit a beaucoup de capacités. Habituellement, il devient confus car il pense à différentes choses ; il nous faut réduire cette confusion autant que possible, pour que notre esprit ne soit pas piégé dans notre monde habituel, en particulier quand il s’agit d’une divinité comme Tara ou Avalokiteshvara. Quand on se concentre sur la nature essentielle de la divinité, ce serait bizarre si elle se manifestait avec notre colère ou notre jalousie. Si nous parvenons à contrecarrer notre attachement à ce qui est ordinaire, alors des apparences nouvelles et pures pourront s’élever. La pratique doit se combiner à la vue de la vacuité, c’est le point essentiel. Au début de toute pratique de divinité de yidam, tout se dissout dans la vacuité, et de cet état vide, émerge le mandala de la divinité de yidam. »

Après avoir lu le texte pour la visualisation, le Karmapa ajoute ce commentaire : « L’initiation du noble corps nous permet de méditer sur la forme de la divinité ; l’initiation de la parole de la divinité nous permet de réciter le mantra, et l’initiation de l’esprit de la divinité nous permet de demeurer en samadhi. »

Après ces trois initiations, un mandala est offert en remerciement et c’est une longue file d’offrandes qui se forme avec, d’abord, les cinq supports du corps, de la parole, de l’esprit, des qualités et de l’activité. La première offrande, une statue, représente le souhait que le lama ait une longue vie et qu’il se manifeste encore et encore ; la seconde, un texte du dharma, représente le souhait que nous recevions une pluie d’enseignements ; la troisième, un stoupa, représente le souhait que le lama tourne vers nous son esprit de sagesse et de compassion ; la quatrième, un vase de longue vie, représente le souhait que, grâce à ses qualités, il accomplisse les espoirs de tous les êtres ; la cinquième, un double vajra, représente le souhait que son activité soit continue, omniprésente et qu’elle s’accomplisse spontanément.

De nombreux remerciements sont adressés à Sa Sainteté pour cette journée d’enseignements et d’initiation, ainsi qu’à la fondation Danang qui a organisé l’événement et en particulier à Tséwang Rimpoché qui guide la fondation. C’est sur cette note positive que se termine cette journée particulière.

Enseignements :

La Compassion et la Véritable nature de l'Esprit

Le Guide de l'Environnement du Karmapa

Les 108 choses à faire pour l'environnement

Les déplacements du 17ème Gyalwang Karmapa

Le retour de Karmapa aux U.S.A.

Le retour de Karmapa aux U.S.A.

Le 19 mai 2008, dans la salle du Hammerstein Ballroom de New-york, le public était serré et enthousiaste : Tibétains, Chinois et Occidentaux, la plupart étaient disciples du précédent Karmapa. Le silence se fit plein de promesses, lorsque Dzogchèn Ponlop Rinpoché présenta le tant-attendu Karmapa Ogyen Trinley Dorjé…

Présentation du Karmapa aux Etats-Unis par Dzogchèn Ponlop Rinpoché, Principal organisateur de la venue du Karmapa aux Etats-Unis en 2008

Présentation du Karmapa aux Etats-Unis par Dzogchèn Ponlop Rinpoché, Principal organisateur de la venue du Karmapa aux Etats-Unis en 2008

La première visite de Sa Sainteté le 17ème Gyalwang Karmapa, Ogyèn Trinley Dorjé, aux Etats-Unis est un événement historique et une occasion à la fois joyeuse et mémorable pour ses nombreux étudiants et amis dans le monde occidental. Sa Sainteté, qui est à la tête de l’école Kagyu du bouddhisme tibétain, est largement reconnue comme étant un des plus grands Maîtres spirituels de notre temps…

La vie en Inde

La vie en Inde

L’arrivée du Karmapa à Dharamsala bénéficia d’une couverture médiatique extraordinaire dans la presse internationale : The Associated Press, Agence-France Press, The BBC, CNN, NBC, ABC, CBS, The Economist, Newsweek, Time, The New York Times, The Times of India, the Hindustan Times, et la plupart des autres médias du monde entier.