La coiffe rouge

26 février 2017 – Bodhgaya Dimanche matin, une fois l’offrande de fumée ‘Nuées d’amrita’ terminée, la scène est réaménagée pendant la pause pour permettre à Gyaltsap Rinpoché de conférer la cérémonie de la Coiffe rouge et l’initiation de Longue vie des Trois Racines combinées.

Deux objets précieux du passé

26 février 2017 – Pavillon du Meunlam, Bodhgaya Le Bangladesh est lié à deux figures importantes de l’histoire du dharma tibétain. C’est de la ville de Chittagong (autrefois, Chativaho) que vient le mahasiddha Tilopa (entre le 10e et le 11e siècle). Il est à l’origine de la lignée Kagyu et est considéré comme l’incarnation de [...]

La nuit de Mahakala

24/25 février 2017 La session de nuit de la puja de Mahakala commence à 11h du soir. Le pavillon est recouvert de tentures d’un bleu sombre, ornées d’une imagerie dorée et flamboyante qui suggère la sagesse lumineuse qui flamboie dans la vacuité. L’atmosphère sombre de l’intérieur se mélange à la tranquillité de la nuit à [...]

« Ce que je donne est à moi » : les conseils d Karmapa à la fin du 34ème Kagyu Meunlam

19 février 2017 – Pavillon du Meunlam, Bodhgaya La dernière après-midi du 34e Kagyu Meunlam commence légèrement plus tôt avec un tsok du Bouddha Médecin, selon le Rituel concis d’Offrande aux sept Tathagatas compilé par le VIe Sharmapa. Le tsok, sous la forme de petits sacs de fruits, est distribué à chaque participant – aussi [...]

Bienvenue :

Le Site Officiel Français de Sa Sainteté le XVIIe Karmapa Orgyèn Trinley Dorjé, Chef spirituel et détenteur de la lignée Karma Kagyu, vous invite à découvrir la Biographie détaillée du XVIIe Karmapa - depuis sa reconnaissance au Tibet jusqu’à son arrivée en Inde - ses innombrables Activités, la riche Histoire de sa Lignée, ainsi que ses précieux Enseignements parmi tant d’autres.

Dédié à la longue vie et au déploiement de l’activité du XVIIe Karmapa

Activités récentes :

Le Flambeau de la certitude (2ème Partie)

9 février, 2017
Le Flambeau de la certitude (2ème Partie)

9 février 2017 – Pavillon du Meunlam, Bodhgaya (Inde)

Résumé

Le Karmapa insiste sur l’importance de garder nos engagements une fois que nous avons reçu une initiation et de cultiver par la pratique les graines qui ont été plantées. Il remarque aussi que nous ne savons vraiment pas à quoi ressemblait le Bouddha car les premières images de lui remontent à environ 600 ans après son parinirvana. On dit aussi qu’il est inconcevable, mais ceci peut nous empêcher d’avoir une connexion profonde avec lui, et donc, nous méditons sur le lama inséparable du Bouddha.

Compte-rendu général

Aujourd’hui le Karmapa commence son enseignement en expliquant la différence entre le gourou yoga qui fait partie des pratiques préliminaires au mahamoudra et le Gourou Yoga en quatre sessions du VIIIe Karmapa Mikyeu Dorjé. Le Karmapa explique qu’il existe de nombreux gourou yogas, plus ou moins longs, dans la tradition Karma Kamtsang, et parmi eux, le plus précieux est le Gourou Yoga en quatre sessions. Cependant, des personnes appartenant à différentes traditions ont reçu l’initiation de Chakrasamvara et pris l’engagement de faire une pratique de gourou yoga ; mais ceci ne veut pas dire qu’elles doivent faire un gourou yoga Kamtsang et il est parfaitement acceptable d’en faire un de leur propre tradition.

 

Ceci étant dit, nous devons faire un gourou yoga car il ne suffit pas d’avoir reçu l’initiation. Les graines des quatre kayas ont été semées en notre être et nous devons apprécier et cultiver ce potentiel. Si nous négligeons les graines, elles vont tout simplement pourrir. En résumé, le Karmapa dit qu’il y a un grand nombre de pratiques de divinités de yidam mais le gourou yoga est plus complet car il les comprend toutes. Que nous fassions un gourou yoga long ou court dépend de nous, mais nous devons en inclure un dans notre pratique.

 

Le Karmapa aborde ensuite le gourou yoga présenté dans le Flambeau de la certitude – qui explique les pratiques préliminaires de la tradition Karma Kamtsang – et parle de la transmission scripturaire qu’il a donnée la veille et qui inclut la visualisation pour le gourou yoga. Le texte semble dire que nous pouvons visualiser le gourou au-dessus de notre tête ou en face, mais en fait cela signifie que le gourou est dans le ciel directement en face de notre tête. Son trône est porté par deux lions, sur chacun de ses quatre côtés, et il est couvert de brocart et de soie ; sur un lotus et un disque de lune se trouve notre maître sous la forme de Vajradhara (Dorjé Chang). Le texte le décrit comme « l’essence combinée de tous les bouddhas des trois temps ». Extérieurement, sa forme ressemble à Vajradhara, cependant, intérieurement, il est notre bon lama racine qui a pris la forme de Vajradhara. La visualisation nous aide à voir notre maître comme un être réalisé.

 

Le Karmapa questionne alors : qui est le Bouddha ? Si nous ne le savons pas, comment pouvons-nous bien méditer sur notre maître comme étant le Bouddha ? Quand nous pensons au Bouddha, ce qui vient habituellement à l’esprit est la statue dorée d’une figure qui demeure en méditation. (Le Karmapa se tourne pour montrer le grand Bouddha derrière lui.) Mais si nous y réfléchissons, nous constatons que les premières statues du Bouddha furent crées quelque 600 ans après la fin de sa vie, aussi ne pouvons-nous pas être sûr de à quoi il ressemblait.

Même si nous avions pu être là de son vivant, il aurait été difficile de le reconnaître ; il nous faut donc faire preuve d’imagination pour deviner son apparence. Une histoire raconte que, pendant les six ans où le Bouddha pratiqua les austérités, assis sous un arbre sur les rives de la rivière Naranjouna, il était devenu si émacié qu’il en était venu à ressembler à l’arbre lui-même. Quand une jeune femme Brahmin lui offrit du yaourt (certains disent que c’était du ‘kheer’, un dessert de riz sucré), elle pensa qu’elle l’offrait à un esprit des arbres.

Quand il s’éveilla à l’aube, à nouveau le Bouddha était assis seul sous un arbre, comme de nombreux méditants en Inde le font depuis des siècles. Vu de l’extérieur, on ne remarquait rien de spécial. Il était simplement en train de se reposer dans une atmosphère sereine et paisible et il n’y avait personne autour pour applaudir son exploit.

Généralement, on dit que le Bouddha est inconcevable, bien au-delà de notre esprit ordinaire. Cependant, si nous pensons à lui comme à un être mythique, il est difficile d’établir une connexion sincère avec lui. Pour y remédier, nous méditons sur notre lama authentique comme étant le Bouddha, créant ainsi une connexion, de façon à nous sentir plus proche du père de la lignée.

 

Le Karmapa revient au texte et continue la description du champ de refuge. Nous visualisons notre lama racine comme Vajradhara, dans une colonne au-dessus de lui se trouvent les lamas de la lignée, entourés des siddhas des lignées de pratique Kagyu, ( Drikoung, Droukpa, Tsalpa et Takloung), plus des gourous d’autres lignées comme la Grande perfection, les Six yogas, le Chemin et le Résultat, la Pacification, Tcheu et l’Entraînement de l’esprit. Autour d’eux se trouvent les assemblées de divinités de yidam, les bouddhas, les bodhisttavas, les héros, les dakinis, les protecteurs du dharma et les gardiens. S’il est trop difficile d’imaginer toutes ces figures, le Karmapa dit qu’il est correct de considérer que tous ces êtres sont présents dans la figure centrale de Vajradhara. Il est particulièrement important d’imaginer que notre lama représente l’ensemble des Trois Joyaux.

Rappelant une histoire à propos de Droukpa Kunley, le Karmapa précise pourquoi il est important de visualiser notre lama comme étant relié à tous les bouddhas, yidams, etc. Sinon, nous risquons d’ignorer ces autres figures, et de seulement nous concentrer sur le lama, que nous imaginons être un moine grassouillet, vêtu de robes jaunes ou un yogi tantrique fou. Selon le Karmapa, ceci revient à mélanger quelques concepts et à méditer sur eux. Donc, nous ne devons pas rejeter les myriades de figures du champ de refuge, mais les voir comme inséparablement reliées à notre gourou. C’est en fait le cas puisque leur nature essentielle est la même : aucune divinité de yidam n’est séparée de notre lama. Cette façon de penser renforce aussi le sentiment que le gourou au-dessus de notre tête est digne de vénération. Dans cet état d’esprit, nous prions le lama du fond du coeur avec ferveur.

 

Pour les étapes de la pratique, le Karmapa explique qu’habituellement, la divinité est générée en imaginant la divinité de samaya (samayasattva) et en invoquant les divinités de sagesse (jnanasattva) qui se fondent en elle. Ici cependant, ce n’est pas nécessaire ; nous imaginons que les deux sont inséparables depuis le début et que le champ de refuge est présent directement devant nous. Ensuite, nous pouvons réciter la longue prière à la lignée – qui se trouve dans le texte de pratique – ou la Courte Prière à la lignée de Vajradhara. Autrefois, les gens récitaient la prière qui est au début du Gourou Yoga en quatre sessions, commençant par « Tous les êtres, mes mères, aussi nombreux que vaste est l’espace, … ».

 

Parlant des prières en général, le Karmapa remarque qu’il y a de merveilleuses prières d’‘Appel au lama de loin’, en particulier celle composée par Jamgœn Kongtrul Lodreu Thayé. Cependant, dans ces prières, nous nous critiquons du début à la fin, faisant la liste de nos nombreux défauts et expliquant à quel point nous sommes horrible. D’un côté, il est bien de reconnaître nos défauts, de voir nos défauts comme des défauts, mais comme l’a remarqué Droukpa Kunley, nos prières au gourou se résument à nous critiquer et à nous rabaisser. « Quelle que soit la direction dans laquelle je me tourne, elle est de mauvais augure. Où que je m’assois, l’herbe ne repousse pas. » Ces gémissements ne sont pas ce que les textes entendent par prier le lama. Le Karmapa explique que, au lieu de cela, en même temps que les êtres aussi

nombreux que vaste est l’espace, nous prions le lama – vu comme l’essence de tous les lamas – du fond de notre être, avec autant de dévotion que nous pouvons en générer. Ceci nous donne aussi l’occasion de demeurer en méditation sur l’aspect vide de notre expérience de la dévotion, combinant ainsi la pratique de la dévotion avec le mahamoudra.

Le texte parle ensuite de prendre les quatre initiations. Dans la tradition du mantra secret, le Karmapa note qu’il est important, et pas facile, de maintenir nos engagements de samaya et de faire la pratique tous les jours. L’auto-initiation est une manière de réparer les manquements (en prenant les quatre initiations, comme décrit dans le texte). Traditionnellement, on dit qu’un samaya endommagé doit être restauré dans la durée même d’une session ; c’est une autre raison pour laquelle le gourou yoga de Mikyeu Dorjé est en quatre sessions, deux le matin et deux plus tard dans la journée.

Le Karmapa conclut sur ce point la session de la journée et il poursuivra son enseignement sur le gourou yoga pendant deux sessions demain.

2017.02.10a

Le Flambeau de la certitude (1ère session)

9 février, 2017
Le Flambeau de la certitude (1ère session)

9 février 2017 – Pavillon du Meunlam, Bodhgaya (Inde)

Cette année voit la conclusion d’un enseignement en 5 parties, commencé par le Karmapa le 31 décembre 2012, l’année où le Kagyu Meunlam a commémoré la lignée de Jamgœn Kongtrul, d’où le choix de ce texte du Premier Jamgœn Kongtrul Lodreu Thayé. Le texte est un guide pour la pratique des ngondro ou préliminaires à la pratique du mahamoudra dans la tradition Kagyu.  … Lire la suite

Hommage aux reliques

3 février, 2017
Hommage aux reliques

3 février 2017 – Bodhgaya (Bihar), Inde

Aujourd’hui, le Gyalwang Karmapa s’est rendu au Jayshree Mahabodhi Vihara pour recevoir la bénédiction des reliques du Seigneur Bouddha, et aussi pour les bénir ; les reliques ont été apportées au temple de la Société du Mahabodhi afin que la population locale et les visiteurs étrangers puissent venir les vénérer. … Lire la suite

Le Gyalwang Karmapa au 28e Nyingma Meunlam Chenmo

30 janvier, 2017
Le Gyalwang Karmapa au 28e Nyingma Meunlam Chenmo

30 janvier 2017 – Bodhgaya (Bihar) Inde

Ce matin, le Gyalwang Karmapa se rend au Stoupa du Mahabodhi pour faire une  visite au Nyingma Meunlam Chènmo qui se déroule du 28 janvier au 6 février 2017. Le Karmapa arrive pour la première session et il est reçu par Minling Khènchèn Rinpoché, le président actuel de la Fondation internationale du Nyingma Meunlam Chènmo. Ce dernier accompagne le Karmapa qui fait des prières et des offrandes à l’intérieur du temple principal puis salue chacun des lamas qui préside de larges groupes de moines, de nonnes et de pratiquants laïques dans les quatre directions.

Devant le grand autel installé devant l’Arbre de la Bodhi et garni d’offrandes, le Karmapa s’arrête pour offrir une écharpe de soie blanche et admirer les tormas, dont certaines représentent des lamas Nyingma importants, la principale étant une sculpture imposante de Gourou Rinpoché. En une connexion de bon augure, l’événement cette année est géré par le Nyingma Meunlam du Sikkim (qui est le siège du Karmapa hors du Tibet, au monastère de Rumtek). Les autels sont tous décorés de la célèbre fleur du Sikkim, l’orchidée, dans une profusion de couleurs et de formes. A la fin de la visite du Karmapa, Minling Khènchèn Rinpoché l’accompagne jusqu’en haut des escaliers et à l’extérieur du temple principal ; le Karmapa retourne alors à sa résidence temporaire au monastère de Tergar.

2017.01.30-Nyigma-Monlam

Les retraitants de Rumtek

29 janvier, 2017
Les retraitants de Rumtek

29 janvier 2017 – Monastère de Tergar, Bodhgaya (Bihar) Inde

Ces cinq derniers jours, le premier groupe de personnes ayant fait la retraite de trois ans et leur maître de retraite de Yiong Samtèn Ling – le nouveau centre de retraite du monastère du Gyalwang Karmapa à Rumtek, Sikkim – ont accompli une cérémonie de longue vie pour le Karmapa. La pratique, basée sur le tantra de Guhayasamaja, est un terma révélé par Ratna Lingpa et une des pratiques de longue vie les plus populaires dans les lignées Kagyu et Nyigma. Elle a pour but de pacifier complètement tous les obstacles à la longue vie du Karmapa et de favoriser l’épanouissement de son activité éveillée. … Lire la suite

Trois jours de puja intensive de Mahakala et célébration du Jour de la République de l’Inde

24 janvier, 2017
Trois jours de puja intensive de Mahakala et célébration du Jour de la République de l’Inde

24-26 janvier 2017 – Monastère de Tergar, Bodhgaya (Bihar) Inde

Après les enseignements du Karmapa sur le texte de Mikyeu Dorjé, la sangha ordonnée s’est consacrée pendant trois jours à la pratique du Texte extensif de l’activité du Protecteur, compilé par le XVe Karmapa, Khakhyab Dorjé. Comme il est d’une longueur considérable, les moines se sont levés à 3h du matin, se sont réunis dans le temple à 3h30 et ont chanté toute la journée. … Lire la suite

A la fin de ses enseignements, le Gyalwang Karmapa parle de l’initiation de Chakrasamvara

22 janvier, 2017
A la fin de ses enseignements, le Gyalwang Karmapa  parle de l’initiation de Chakrasamvara

22 janvier 2017 – Monastère de Tergar, Bodhgaya (Bihar) Inde

Le Gyalwang Karmapa termine ses enseignements pour les Débats d’hiver par une transmission scripturaire de la dernière section des Trois points essentiels, qui couvre les instructions supplémentaires sur la vue, la méditation et la conduite. Cette partie est longue et très subtile, aussi le Karmapa suggère que la traduction soit téléchargée sur le site kagyuoffice.org permettant à chacun de la lire et de la méditer.

… Lire la suite

L’École de l’Esprit seul : nouveau livre et nouvelle approche

22 janvier, 2017
L’École de l’Esprit seul :  nouveau livre et nouvelle approche

22 janvier 2017 – Monastère de Tergar, Bodhgaya (Bihar) Inde

Aujourd’hui, les éditions Altruism du Gyalwang Karmapa ont publié un nouvel ouvrage dans la série : Vues philosophiques, les beaux ornements de la lignée Dakpo Kagyu. Ce volume traite des vues de l’École de l’Esprit seul et a été produit par le Comité pour la composition de manuels pour les Débats d’hiver, qui est dirigé par le Gyalwang Karmapa. … Lire la suite

Les Trois Points Essentiels – Jour 2 (2e partie) L’accumulation de sagesse

21 janvier, 2017
Les Trois Points Essentiels – Jour 2 (2e partie) L’accumulation de sagesse

21 janvier 2017 – Monastère de Tergar, Bodhgaya (Bihar), Inde

Après avoir enseigné l’accumulation de mérite qui conduit à la réalisation des corps formels, le Karmapa aborde la section suivante des instructions de Mikyeu Dorjé, qui montre comment voir la profonde vacuité et méditer sur elle, et réaliser le dharmakaya par l’accumulation de sagesse. … Lire la suite

Les Trois Points Essentiels – Jour 2 (1e partie) L’accumulation de mérite

21 janvier, 2017
Les Trois Points Essentiels – Jour 2 (1e partie) L’accumulation de mérite

21 janvier 2017 – Monastère de Tergar, Bodhgaya (Bihar) Inde

Hier, le Karmapa a traité les deux premiers des trois points ; aujourd’hui il traite du troisième, le point essentiel sur le bardo. … Lire la suite

Les Trois Points Essentiels – Jour 1

20 janvier, 2017
Les Trois Points Essentiels – Jour 1

20 janvier 2017 – Monastère de Tergar, Bodhgaya (Bihar) Inde

Aujourd’hui le Gyalwang Karmapa commence son enseignement basé sur ‘les Trois points essentiels’, la section suivante des Cent instructions courtes de Mikyeu Dorjé. Ces trois points ont trait à l’essence de la pratique pour cette vie, pour le moment de la mort et pour le bardo. Cette pratique de développement de la compassion est reliée à Avalokiteshvara et a été donnée à Tropo Lotsawa par le grand Mitra Yogi. … Lire la suite

Instructions directes (Suite)

19 janvier, 2017
Instructions directes (Suite)

19 janvier 2017 – Monastère de Tergar, Bodhgaya (Bihar) Inde

Ayant terminé l’explication de la phase de création, Sa Sainteté aborde la phase d’achèvement. Il lit le passage du texte qui mentionne les trois points centraux pour la pratique du mahamoudra : 1) demeurer sans distraction, comme un soldat qui fait tournoyer son épée quand il entre en bataille ; 2) être habile à demeurer sans modifier, comme un gardien d’éléphant ; 3) maintenir librement, comme un oiseau qui s’envole et revient au bateau. … Lire la suite

Intructions directes (suite)

18 janvier, 2017
Intructions directes (suite)

18 janvier 2017 – Monastère de Tergar, Bodhgaya (Bihar) Inde

Aujourd’hui, le Gyalwang Karmapa continue son enseignement sur la pratique d’Avalokiteshvara, avec la méditation principale et ses phases de création et d’achèvement. Il commence par la lecture du texte, qui décrit l’obtention de l’éveil grâce à différentes méthodes : la vacuité, le siège du soleil et de la lune, la syllabe pour la parole, le symbole pour l’esprit, et la perfection pour le corps.  … Lire la suite

Instructions directes

18 janvier, 2017
Instructions directes

17 janvier 2017 – Monastère de Tergar, Bodhgaya (Bihar) Inde

Le temple principal de Tergar est plein à craquer de moines venus d’Inde, du Népal et du Bhoutan pour cette vingtième édition des Débats d’hiver. Aujourd’hui, le Gyalwang Karmapa commence la discussion de deux sections du texte du VIIIe Karmapa, Cent instructions courtes. Ces deux sections ont trait à l’incarnation de la compassion de tous les bouddhas, Avalokitesvara, et sont connues comme ‘les Instructions directes sur le Grand Compatissant, Avalokiteshvara’, et ‘les Trois points essentiels’. … Lire la suite

Programme riche pour les débats d’hiver

18 janvier, 2017
Programme riche pour les débats d’hiver

17 janvier 2017 – Monastère de Tergar, Bodhgaya (Bihar) Inde

Les débats d’hiver réunissent plus de 1000 moines venus de 9 instituts monastiques appartenant à la tradition Karma Kagyu. Du 17 au 22 janvier, le Gyalwang Karmapa continue son enseignement sur les Cent instructions courtes du VIIIe Karmapa. Cette année, il couvre deux d’entre elles : « Les instructions directes sur le Grand Compatissant, Avalokiteshvara » et « Les instructions sur les trois points essentiels » (également une pratique d’Avalokiteshvara). … Lire la suite

Enseignements :

La Compassion et la Véritable nature de l'Esprit

Le Guide de l'Environnement du Karmapa

Les 108 choses à faire pour l'environnement

Les déplacements du 17ème Gyalwang Karmapa

Le retour de Karmapa aux U.S.A.

Le retour de Karmapa aux U.S.A.

Le 19 mai 2008, dans la salle du Hammerstein Ballroom de New-york, le public était serré et enthousiaste : Tibétains, Chinois et Occidentaux, la plupart étaient disciples du précédent Karmapa. Le silence se fit plein de promesses, lorsque Dzogchèn Ponlop Rinpoché présenta le tant-attendu Karmapa Ogyen Trinley Dorjé…

Présentation du Karmapa aux Etats-Unis par Dzogchèn Ponlop Rinpoché, Principal organisateur de la venue du Karmapa aux Etats-Unis en 2008

Présentation du Karmapa aux Etats-Unis par Dzogchèn Ponlop Rinpoché, Principal organisateur de la venue du Karmapa aux Etats-Unis en 2008

La première visite de Sa Sainteté le 17ème Gyalwang Karmapa, Ogyèn Trinley Dorjé, aux Etats-Unis est un événement historique et une occasion à la fois joyeuse et mémorable pour ses nombreux étudiants et amis dans le monde occidental. Sa Sainteté, qui est à la tête de l’école Kagyu du bouddhisme tibétain, est largement reconnue comme étant un des plus grands Maîtres spirituels de notre temps…

La vie en Inde

La vie en Inde

L’arrivée du Karmapa à Dharamsala bénéficia d’une couverture médiatique extraordinaire dans la presse internationale : The Associated Press, Agence-France Press, The BBC, CNN, NBC, ABC, CBS, The Economist, Newsweek, Time, The New York Times, The Times of India, the Hindustan Times, et la plupart des autres médias du monde entier.